Sélectionner une page
Vous croyez que vous avez du talent ?!

Vous croyez que vous avez du talent ?!

Aujourd’hui je suis en colère !! Oui en colère !! Qui ça ? Moi ? Deborah, que vous connaissez toujours de bonne humeur, super positive, enthousiaste, qui voit le positif en toutes circonstances… Et bien oui, je suis en colère car j’ai la chance de côtoyer, dans ma famille, parmi mes amis, mes connaissances, mes clients, des gens bourrés de talents. Oui et ils n’en font parfois « rien » ou si peu au regard de leurs potentiels, de ce qu’ils expriment…

1. Reconnaître – Qu’est ce qu’un talent ?

Oui, vous le savez bien vous le reconnaissez… chez les autres… Mais chez vous, en vous ?

Y a-t-il un domaine dans lequel vous avez de la facilité ? Écrire, chanter, organiser, danser, dessiner, compter, mettre en valeur, vendre, synthétiser, analyser … Est-ce que vous avez une certaine capacité à écouter les autres, fédérer, faire du lien, sourire, vous habiller avec goût, créer des choses de vos mains sans avoir particulièrement appris, juste par ce que c’est facile pour vous ? Habituel, NORMAL !…

Est-ce qu’il y a des activités, qui lorsque vous les faites, le temps semble ne plus avoir de prise sur vous. Si c’est le cas, vous expérimentez ce qu’on appelle être dans « le flow ». Vous exprimez votre passion. Vous voyez ? Et bien il est fort probable que vous ayez du talent pour « ça » !

2. Le révéler – Exprimez vos talents.

A. Est-ce que vous ignorez vos talents ?

Comme pour vous c’est « facile », habituel, « normal », et bien vous n’en faites pas une affaire, vous n’en parlez pas plus que ça, vous ne mettez pas particulièrement en avant cette naturelle capacité.

Et ici je vous invite à lire « ignorez » dans les deux sens du terme : ne pas les connaitre ET ne pas y accorder d’attention.

B. Seriez-vous perfectionniste ?

Comme vous savez dessiner, écrire, à merveille ou que sais-je encore … et bien il se peut que vous soyez de surcroit perfectionniste. Il vous arrive parfois de vous dire : Oui c’est bien ça « MAIS, ça pourrait être mieux. » Oui vous avez doublé votre objectif de chiffre d’affaires déjà inaccessible de 200 millions d’euros, bon, oui, oui votre équipe est reconnue et validée comme la meilleure équipe en terme en management et cohésion d’équipe, oui, oui MAIS vous pensez que vous pourriez encore améliorer l’autonomie de vos collaborateurs et donc ce n’est pas parfait … Dixit DS

Ou bien vous vous dites encore « si j’avais vraiment du talent, ça serait parfait du premier coup ».

Oui… Vous avez tellement l’œil, l’oreille, les sens aiguisés dans votre/vos domaines de prédilection que vous savez repérer en un clin d’œil, une note, une intonation, une sensation que oui, là, ce petit, ce tout petit (énorme pour vous) truc, là, pourrait être amélioré! Et vous vous confortez ainsi avec une allégresse sans pareil dans votre bon espace bien confortable avant de montrer aux autres, publier, mettre en avant, valoriser, faire payer à sa juste valeur, les fruits de votre « travail », talent qui ont une petite tâche là … (Selon vous, et uniquement vous).

C. Vous n’osez pas…?

photo-aurelien-02

Quand vous mêmes vous vous jugez perfectible, exposer le fruit de votre talent à des critiques, constructives, ou pas … Les gens qui n’agissent PAS, sont d’ailleurs très doués pour vous expliquer comment il faudrait que vous fassiez. Vous savez, ceux qui vous disent « moi j’aimerais bien monter ma boite » par exemple. C’est un peu comme les spectateurs des matchs de foot, rugby, tennis ou autres… « Alors, mais il fallait faire une passe, comment tu as fait pour louper ton service deux fois de suite »… Et j’en passe et des meilleures pires … Comme il est aisé de donner des conseils quand on agit pas soi-même, quand on ne fait PAS  le pas d’expérimenter … !

4. Seriez vous… « sensible » ?

photo-aurelien-01

La carapace que vous arborez cache peut-être une grande sensibilité, des talents …

Sensible, quelle idée … ! Non pas vous, vous êtes un homme ou une femme forte … Oui, sûrement. Quelle sublime carapace. Oui, vous vous êtes dur comme cette pierre, ce mur porteur… oui il porte, il est fort et solide ! Et pour autant, regardez bien, vous voyez, il est fait de multiples pierres, uniques, polies, assemblées, façonnées, reliées entre elles par un ciment. Imaginez passer votre main dessus, ressentez comme c’est doux et poli. Au bout des doigts ces failles, ces creux qui font ressortir les pleins. Et ce ciment, qui relie les unes aux autres ces pierres précieuses, qui lui, aujourd’hui est dur, ferme, il a eu besoin de fluidité, d’eau et de douceur pour entourer en écrin chaque pierre, chaque forme. Et c’est sans compte sur l’amour de l’homme, des hommes qui ont mis leur cœur et leur âme pour petit à petit créer cet édifice …

Qu’est ce que vous en dites ? Est-il probable qu’une/de(s) parties de vous le soit, sensible. Vous savez cette sensibilité qui fait que justement vous êtes doué pour « ça » parce que vous vous savez comment c’est de jouer avec les mots, de dessiner des choses fabuleuses en quelques coups de crayons. Oui toi Aurélien par exemple. Vous savez quoi ? Depuis tout petit déjà il nous ravissait avec ses dessins, il nous dessinait des mangas et aussi tout ce qu’on voulait. Petite, je repartais de chez lui avec mon dessin que je chérissais et j’étais ébahie devant autant de savoir-faire. (je n’y mettais pas ces mots, je jubilais juste, oui, déjà …). J’avais la chance de connaître Walt Disney bis : Aurélien. Oui il a un talent inouï. Il sait tout dessiner avec une aisance, une fluidité. Il a depuis ajouté des cordes à son arc, BD, logos, photos. Il est aujourd’hui Directeur Artistique et il maitrise bien sûr (mais c’est « normal »)… tous les logiciels qui vont avec. Bon ok il a créé un collectif 1+1=3 et ok il va exposer à new-York… Oui, et pour autant avec le talent qu’il a, il devrait être, selon moi déjà mondialement re-connu. Vous allez me dire que je suis impartiale parce que c’est mon cousin et que je ne possède pas cette faculté de dessiner, photographier, mais regardez par vous mêmes !! Faites vous votre propre idée !! Une partie de ses photos et de ses créations.

… Oui … quand on a une sensibilité à fleur de peau dans son art ou dans sa capacité naturelle à faire ou à être, et bien on a tendance à se mettre une carapace, à ne PAS s’exposer. Oui car justement c’est notre corde sensible, celle qui nous fait vibrer. Tiens je dis nous … La narratrice se sentirait elle concernée ?? Moi ? Non, moi je suis une femme hyper forte qui gère tout avec une super efficacité et sans état d’âmes voyons ! Je suis une wonderwoman et d’ailleurs je suis toujours heureuse c’est bien connu! Oui … Il y a des gens qui le croient vraiment … Non pas que je ne sois pas souvent heureuse, j’ai en moi et je travaille au quotidien, cette capacité à voir et vivre la vie en étant heuruse, joyeuse, reconnaissante. Oui et en même temps oui, bien sûr, moi aussi j’ai cette sensibilité à fleur de peau, à fleur de cœur même.

5. Etre relié – Auriez-vous peur de vous sentir rejeté ?

Nous avons appris à vivre en société, à s’adapter les uns aux autres, à se conformer à l’école, au monde l’entreprise. Programmés que nous sommes par les « il faut », les « on doit », les « ça ne se fait pas de » …

Quand il s’agit ne serait que de se positionner, de poser ses limites, d’affirmer son point de vue, déjà nombre d’entre nous ne se sent pas à l’aise. Nombre de managers que j’ai côtoyés, de cadres dirigeants ou de chefs d’entreprises que j’ai aujourd’hui le plaisir d’accompagner ne savent tout simplement pas faire. Du coup, soit ils se taisent, soit ils s’expriment dans la confrontation.

Alors … comment en arriver à exprimer « qui nous sommes », ce qui fait notre unicité … c’est apparemment risquer le rejet, une peur qui peut être très paralysante. « Et si on ne m’acceptait pas ? Et si on ne m’aimait plus ? »

Je vous comprends et je l’ai aussi expérimenté, je me suis sentie obligée de me mettre une carapace ces dernières années. Pourquoi ? Pour me protéger … Après avoir vécu des expériences de vie très douloureuses, j’ai entrepris un travail de reconstruction, et il m’a semblé nécessaire d’en passer par là. Or, depuis quelques années, j’ai entrepris un autre travail énorme sur moi. Celui d’enlever cette armure et d’accepter, d’accéder davantage, de fait, à ma vulnérabilité. Aujourd’hui, j’ose me défaire de cette armure et j’extériorise davantage, quitte à devoir me confronter à ce que l’on aime pas mon travail, à ce que l’on ne soit pas sensible à ce que j’exprime, à ce qu’on me juge, mais je crée aussi la chance que des gens soient sensibles à ce que j’ai expérimenté, à ce que je dis, à ce que je transmets, à celle que je suis.

3. À quoi bon révéler vos talents ?

Oui à quoi bon ? On est bien là confortable à :

– écrire dans son coin,

– aider les autres à faire ce qui est facile pour nous,

– chanter dans sa salle de bains,

– faire quelques sites internet parce qu’on aime bien ça,

– pianoter,

– coudre,

– être un super bon commercial mais sans faire trop de chiffre,

– faire de la décoration d’intérieur pour une boîte qui refait notamment le design de grandes enseignes de luxe et qui a pignon sur rue mais qui sans vous et sans vos 14 heures de travail par jour serait bien mal en point… David si tu te reconnais…

5. Révélez vos talents, pour vous re-connecter à votre valeur.

« Notre peur la plus profonde n’est pas que nous ne soyons pas à la hauteur,

notre peur la plus profonde est que nous sommes puissants au delà de toute limite. (…) et au fur et à mesure que nous laissons briller notre propre lumière, nous donnons inconsciemment aux autres la permission de faire de même.

En nous libérant de notre propre peur, notre présence libère automatiquement les autres. » Nelson Mandela

J’avais affiché cet article pendant un moment dans ma chambre, dans mon bureau, histoire que mon subconscient s’en imprègne … Mais ça restait très théorique, très cérébral. Tiens, à la télé ils viennent de dire écoutez avec votre cœur pas avec vote tête, oui ma télé et moi on communique bizarrement ces derniers temps … Et bien c’est ça …!

La meilleure façon d’intégrer vraiment quelque chose c’est de l’expérimenter. En effet, j’ai croisé des gens doués d’une excellentissime mémoire et j’ai été subjuguée. Subjuguée sur le coup, car, dans ma vision du monde, on ne peut savoir, transmettre et former des gens, que parce ce que l’on a d’abord expérimenté. Je me disais wouaw, il doit avoir une sacrée expérience de la vie …! J’ai alors perdu du temps à chercher en quoi ils expérimentaient ce qu’ils transmettaient (je viens d’entendre « fake » à la télé … ce n’est pas moi qui l’ai dit !). Et donc, après coup, mes illusions perdues, c’est plutôt par leur capacité à jouer la comédie que j’ai été subjuguée !

photo-aurelien-03

Bon, revenons à nos lumières … Certainement influencée par ce texte, entre autres, j’ai commencé à expérimenter « révélez votre lumière ». C’est bien beau d’accompagner les autres à le faire, et certes quitter une sublime entreprise comme Mercedes et créer son entreprise c’est déjà un message fort ! Pour autant, comme je l’expliquais en prémices, je suis mue par ce que les américains expriment avec « walk the talk », ou marcher sa parole. C’est la juste expression de la cohérence. J’ai donc commencé par faire une première vidéo très imparfaite sur le virtuelle et la vie réelle. Et puis Philippe Maille m’a proposé d’animer l’émission coaching 101 sur la chaîne Web 26 cultur’elle. J’ai accepté. Inconfortable et très « coaching » au début, j’y prends de plus en plus de plaisir et tout en répondant aux questions des auditeurs, j’y mets de plus en plus de celle que je suis notamment dans « créez des liens, ceux qui vous libèrent ».

Et bien vous savez quoi …? Je me suis rendue compte, petit à petit ou bien rapidement maintenant, que cela aide de plus en plus de gens, ceux qui regardent mes émissions, ceux qui savent que j’en fait et qui n’oseraient pas, ceux qui m’ont vu monter sur scène ou qui on su que j’étais montée. Je vois davantage de gens se révéler, se mettre en avant et ainsi offrir ce qu’ils ont de meilleur à partager aux autres.

Et pourtant avant de faire le pas, j’avais peur d’éblouir les autres avec ma propre « lumière ». Alors peut-être que certains d’entres vous vont penser « mais pour qui elle se prend ? » Et bien je me prends tout juste pour moi même. Et oui j’ai ma propre « lumière », mes propres talents qui sont certainement fabuleux et vous savez quoi et bien vous aussi, si si! Alors vous n’avez rien à m’envier si ce n’est ma capacité, mon courage, ma persévérance à expérimenter, faire, creuser, oser, toute seule et aussi accompagnée par des professionnels quand c’est trop dur, que je n’ai pas le recul nécessaire pour bien regarder dans le miroir, quand j’ai besoin de soutien, d’encouragements, de ressources extérieures.

Alors, est-ce que vous brûlez d’envie d’oser, est-ce que vous en avez marre de vous faire tout petit, est ce que vous avez l’impression que là dedans, ça vous dit vas-y, exprime toi, est-ce que vous sentez cette, ces passion(s) en vous et qu’à force de faire taire vous n’entendez presque plus ?

Tout ce que vous venez de lire c’est bien beau, il se peut aussi que ça ne vous plaise pas où que vous n’y soyez pas sensible. Dans les deux cas vous avez raison, surtout ne croyez pas ce que j’ai écrit. C’est ma propre vision des choses et ce que j’en expérimente. Alors, combien d’entre vous ont été touchés, un peu (gentiment) dérangés, partagent cette vision ? Vous ? Et bien ce qui nous relie, je crois, c’est d’avoir (eu) trop marre de se limiter ou trop envie un jour de reconnaître, se reconnecter et révéler ses talents et les exprimer pour en faire quelque chose de concret.

Si vous, vous faites partie de ceux qui veulent aller plus loin, ou bien déjà faire le point, je vous propose de nous retrouver lors de rendez-vous privilégiés.

Toutes les photos de cet article sont bien sûr made by et copyright Aurel 😉